Présentation Deny Rivers [EN COURS] / version 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Présentation Deny Rivers [EN COURS] / version 1

Message par Deny Rivers le Jeu 27 Oct - 0:14

"Tu es la seule personne en qui tu dois te fier et même cette personne peut te trahir... La plupart des gens ont une limite qu'ils ne dépasseront jamais. Tu dois apprendre à la dépasser, tu dois apprendre à dépasser tes propres limites."

Nom :Rivers (anciennement Donnovan)

Prénom : Deny

Âge : 24 ans

Nationalité : Américain

Affiliation : Membre de P.U.R.E
Couverture : Policier et Enquêteur pour le F.B.I Département Homicides et Disparitions étranges.

Armes :
En Service (pour la police) et en mission de ville faible (P.U.R.E) :
- interpeller et maitriser – danger faible :
Taser + seringues (pour endormir) dans une mallette ou sac à dos + revolver à sa ceinture
HORS SERVICE / En mission de ville (P.U.R.E) face à DANGER ennemi classé H :
Arme tir filet (filet résistant et électrifiant enveloppant la cible) +  revolvers gros calibre + fumigènes OU lames.

Points forts : Arts martiaux, expert de tir à distance. Grande faculté pour agir dans la minute, improviser, simuler et attendrir. Fort d’esprit et de corps, et aussi calculateur il sait s’adapter à toute situation. Il peut se recoudre lui-même après blessure par balle. Il a également un bon esprit créatif pour ce qui est des pièges et des armes... Il a d’ailleurs créé sa propre arme tir filet électrique et essaie toujours de trafiquer ses armes pour les rendre plus puissantes

Points faibles : Sa sentimentalité, son fils : le seul capable véritablement de le déconcentrer et de le faire douter. Mais également, ces « flashs » qu’il a souvent sur son passé et qui peuvent parfois le troubler.

Apparence : Deny a les cheveux blonds foncés très proches du brun, et les yeux d’un vert turquoise dans lequel on aimerait longtemps se plonger (regard hypnotique et recelant de bienveillance !) et pourtant, vous le verrez presque toujours les sourcils froncés. On lui donnerait un air mystérieux... Il est toujours vêtu d’un blouson vert foncé ou d’un long manteau noir au col relevé. (Il adore le noir et les couleurs foncées). On ne le voit pas non plus sortir sans ses gants noirs anti-empreintes (les gants noirs : pour les missions de P.U.R.E; les gants blancs pour les interventions chirurgicales et/ou les inventions « at home » + sur les scènes de crime). Il a un corps bien robuste et bien sculpté : musculature sur les bras et l’abdomen... Il porte un insigne de police à sa ceinture (qu’il a tendance parfois à oublier) ainsi qu’un collier avec plaque militaire pour une « juste » couverture masquant son appartenance à P.U.R.E. Il a un visage assez dur et pourtant des yeux et des traits qui lui donnent un air si doux.... : idéal pour son jeu de comédien au quotidien (il faut savoir jouer et simuler pour dissimuler et piéger, le paraitre est très important !). Il parait de loin, être un homme tout à fait normal, quoique mystérieux, il s’habille comme tout homme de la ville : pantalon brun, noir, chemise blanche ou noire, pull bleu vert, et chaussures brunes usées qu’il ne quitte pourtant jamais... Il a une fâcheuse tendance à regarder sa montre quand il s’ennuie ou quand il est anxieux....
Autre détail (plus sordide et plus mystérieux) : Son abdomen et son dos son marqués de cicatrices, deux traces d’impacts de balle à côté du cœur, des traces de brûlures sur le dos ainsi qu’une cicatrice de deux coups de couteau à l’abdomen... Sans parler d’autres cicatrices sur le dos qui sont bien mystérieuses...................................................................................................................................

Caractère :
Il a, disons, plusieurs facettes dans son jeu : l’homme blasé et insouciant, l’homme séducteur, l’homme sérieux combattant jusqu’à la mort, l’homme nerveux, l’homme irresponsable et têtu comme jamais, l’homme rusé, l’homme suicidaire rempli de haine, l’homme intéressé par le sort des autres (très rare mais oui ! cela arrive !), etc. VS l’homme aimant et surprotecteur.
Il est généralement presque toujours blasé, c’est la première facette de lui qu’il montre généralement. Un homme téméraire, qui prend ses propres décisions, a ses propres raisons et auquel personne n’a véritablement le courage de poser des questions sous peine de n’obtenir comme réponse qu’un long silence décourageant et intimidant.
Il est très sérieux dans son travail que ce soit au F.B.I ou à P.U.R.E, il est dans tous les cas, un très bon élément. Il est convaincant,  l’esprit vif dans ses enquêtes, et détermine très vite les menteurs et charlatans. Il sait attendrir comme faire peur... et trouver les bonnes solutions au bon moment.
Il est à la fois rigoureux, perspicace, et très impliqué dans chacune de ses tâches. Lorsqu’il se sent faiblir, même là, il ne perd pas courage et donne tout ce qu’il a.
Il n’a pas peur d’être en face d’un danger qui le surpasse : le danger, c’est sa vie.

Histoire :
Deny Donnovan était dans sa plus tendre enfance, un jeune garçon solitaire, enfant unique timide, mais rusé et extraverti. Ayant une grande soif d'aventures, comme à peu près tous les jeunes garçons de son âge, il  rêvait de devenir aventurier, de vivre des aventures à la Indiana Jones ou de découvrir un jour qu’il aurait des superpouvoirs...
A l’école, Deny était le « faiseur de trouble », celui qui n’écoutait rien en cours, celui qui bouchait les toilettes pour créer une inondation, celui qui volait dans les casiers des filles, et s’y engouffrait pour se cacher, celui qui collait la chaise de la maitresse avec de la glue pour ne plus qu’elle la fasse grincer, celui qui bouchait la serrure de la porte de sa chambre avec du chewing-gum pour empêcher sa mère de lui voler sa clé, celui qui collait les pages retards et absences de son carnet de correspondance avec de la colle forte...etc. En Bref, celui qui n’en faisait toujours qu’à sa tête, mais qui, par la ruse, n’était jamais ni vu, ni sanctionné.
Il vivait une vie ordinaire et paisible dans un petit coin tranquille du Maine avec ses deux parents qu'il aimait tendrement. C'était une famille plutôt chaleureuse, avec quelques mésententes parfois... Il  arrivait quelquefois que des disputes éclatent entre Deny et son père, pour cause d’indifférence ou de fâcheuse tendance à répondre aux questions par d’autres questions...
Père et fils étaient faits d’un même tempérament ! Et Deny ne pouvait s’empêcher de vouloir tenir tête à son père devant sa mère qui le surprotégeait.
Les deux parents de Deny étaient des membres de P.U.R.E. : son père était un médecin de renommée, il effectuait, en parallèle d'être le directeur du Saint’s Hospital, des recherches sur les descendants, il étudiait leur organisme (dans les domaines de l'interne et de l'externe) et observait leurs capacités "extra-terrestres" et leurs faiblesses jusqu'à l'épuisement total, cela, dans le but de mieux les connaître, et de plus facilement les exterminer; sa mère quant à elle était son infirmière spécialisée, effectuant également un boulot d’infirmière en chef au Saint’s Hospital. Les deux s’étaient mystérieusement rencontrés lors de leurs études.
Deny à cette époque, n'avait jamais entendu parler des "Descendants". Ces parents craignaient qu’il ne les associe directement et faussement à des Justiciers venant d’une autre galaxie et ne s’en fasse de fausses illusions sur le danger environnant. A cette époque, Deny n'était encore qu’un petit garçon imaginatif et trop influençable, il ne connaissait même pas la véritable fonction de ses parents. Il vivait encore les bêtises enfantines et la rêverie...
Que faisaient ses parents ? Sauver des gens ? Les guérir? Savoir cela lui suffisait amplement. A vrai dire, il ne s’y intéressait pas vraiment. Il trouvait d’ailleurs le travail de docteur particulièrement ennuyeux. Il avait déjà assisté aux côtés de son père à la dissection d’animaux mais son père lui avait également appris à recoudre une blessure, un jour où il s’était sévèrement ouvert le genou pendant la journée...
« Le sang, c’est écœurant et encore plus quand c’est celui des autres et que ça sent pas bon. Les Hôpitaux par exemple, ça pue la mort. », disait-il, insouciant.
Deny n'était pourtant pas stupide pour autant. Il savait bien que des choses étranges se passaient dans sa maison... Surtout au sous-sol. Il y entendait des bruits, des grincements, des voix... Il savait que son père lui cachait des choses... Pourquoi se rendait-il toujours au sous-sol et pourquoi l’accès était interdit à son fils ? Des hommes en tenues sombres toquaient parfois à l’entrée de la maison pour aller voir son père au sous-sol et n’en ressortaient que tard dans la nuit... Deny écoutait aux portes, tentant de comprendre certaines conversations d’adultes, mais en vain...
La vérité était que son père pratiquait de nombreuses expériences illicites sur des descendants au sous-sol de sa propre maison.  Deny entendait parfois de grands cris provenant d’en bas et qui lui hérissaient le poil. Il avait tenté maintes fois de dérober la clé de la porte du sous-sol à son père, même pendant son sommeil, mais son père dormait toujours sur un œil et l’attrapait d’une main vivace pour le ramener de force à sa chambre le menaçant de sa ceinture. Plus le temps passait, plus la curiosité et les soupçons de Deny sur son père et ce qu’il faisait à la cave s’accentuaient.
"C’est tout à fait normal si tu entends des cris Deny chéri, c'est le patient de ton père, il est très malade, se faire opérer ça fait très mal ! Tu viens avec moi ? On va faire un tour pour te changer les idées et laisse ton père travailler, tu sais bien qu'il doit être seul pour bien se concentrer.", lui répétait sans cesse sa mère.
Cependant, ses réponses toutes faites ne faisaient pas pour autant diminuer l’acharnement curieux qu’avait Deny à découvrir la vérité. Si bien qu'un jour, tel Indiana Jones s’engouffrant dans un temple maudit en quête d’aventures et de trésors, il réussit enfin par un moyen farfelu à dérober la clé de la porte à son père... Ce moyen, il ne s’en souvient plus très bien, cela remonte à longtemps. Tout ce dont il se souviens c’est qu’il avait été très rusé et que cette porte il avait fini par en tourner la poignée et l’ouvrir.
Ses deux parents dormaient profondément. On entendait résonner au loin les ronflements de son père. Deny avait pris sa lampe de poche et les secondes clés de la cave. Il avait ouvert la porte et commençait déjà à descendre timidement les marches de l'escalier. Il faisait noir en bas. Il sentait une odeur nauséabonde de sang, d’hôpital et de transpiration. Deny tremblait un peu. C’est alors qu’il entendit un gémissement résonner dans la cave. Il y avait quelqu’un... Deny prit de peur laissa tomber sa lampe et remonta à la va-vite l'escalier. Il entendit de nouveau un gémissement et demanda, inquiet, trouvant un interrupteur pour éclairer la cave, sur lequel il appuya d’un coup sec : "Il y a quelqu'un en bas? Mon papa vous soigne c'est ça? "
Une voix rauque lui répondit alors d'en bas, après un temps : "Aidez-moi..."
Deny, apeuré, cru qu'il avait rêvé. Il resta muet en haut des escaliers, dos contre le mur même si le fait d’avoir allumé la lumière le rassurait. La voix répéta un nouveau « aidez-moi », cette fois-ci bien plus proche... Deny cria : "Je ne peux pas vous aider ! Je-je ne suis pas médecin moi ! Et en plus... Je n’aime pas le sang, c’est écœurant. Mon père... Il vous soigne c'est ça ?*il descendit une marche*Vous êtes très malade?"
Voix :"Oui... Je suis en train de mourir. Tu dois m'aider."
Deny restait effrayé, immobile. Il entendit la voix de l'homme en bas.
''Je ne te ferais pas de mal je te le promets... Tu es le seul que j’aurais vu en dehors de ces « médecins » Je t'en prie.*il marqua un long silence* Je vais mourir. Je veux juste voir quelqu’un de normal avant de mourir...''
Il entendit des sanglots. Deny ravala sa peur et descendit lentement les marches :''Vous ne me ferez pas de mal donc ?''. Il lui répondit qu'il ne lui ferait aucun mal. Des bruits de chaînes résonnèrent dans la cave, quelque chose percuta l'ampoule qui se mit à vaciller. La voix de l'homme résonna de plus loin ''Je suis loin des escaliers. Je t’en prie aide-moi.'' Deny descendait les marches une à une. C'est alors, qu'il vit... Un immense laboratoire blanc, avec plusieurs lits d’opération sur lesquels on pouvait voir d’immenses tâches de sang, et des instruments de torture absolument affreux. Deny eut envie de vomir. Des machines, des fils pendaient partout. Il y avait du sang partout mais... Personne à l'horizon. Il se mit à se gratter la tête et pensa à un fantôme ou à un mauvais cauchemar.
"Il y a quelqu'un ? Vous êtes là?"
Il entendit un nouveau mouvement de chaînes et tourna la tête : Il y avait bien des chaînes... Elles semblaient retenir quelque chose d'invisible, qui bougeait au sol. Deny s’avança effrayé.
"C'est mon père qui vous a enchaîné ?*silence* Pourquoi je ne vous vois pas?
« Je ne veux pas que tu me vois avant de m'avoir détaché... Les chaînes me font mal. »
« C'est mon père qui vous a attaché ? Vous êtes dangereux ? Pourquoi je n’ai pas l’impression que vous êtes mourant ?»
L’homme hurla : « Tout ce sang ! Ça ne se voit pas que je suis mourant ? C’est ton père qui m'a enchaîné et m’a vidé de mon sang. Mes liens me font mal, tu  vois le sang, je suis blessé et mes chaînes n'aident pas. Je souffre... Aide-moi à me détacher. Rapproche-toi....»
Deny fronça les sourcils : «  S'il vous a attaché c'est qu'il a  sans doute une bonne raison ! Et puis comment se fait-il que je ne vous vois pas ? Vous êtes un genre de super-héros ? Parce que je doute que mon père soit le méchant dans l’histoire si c'est ce que vous voulez me faire croire ! Je ferais mieux de remonter. »
-NON ATTENDS! S'il te plaît... Ne me laisse pas seul ! J'ai peur moi aussi dans cette cave. Reste.. Rapproche-toi  que je vois mieux ton visage...
C'est alors qu’un cri résonna depuis l’escalier : c’était le père de Deny descendant les escaliers quatre à quatre, un fusil à bout en forme de tube verdâtre à la main : « ELOIGNE TOI IMMEDIATEMENT DENY ! »
C’est alors que le prisonnier agrippa Deny, mettant des mains fourchues autour de son cou, devenant bien visible.
Le Descendant : « Donne moi une SECONDE et JE TUE ton fils ou je ne sais trop quoi devant tes yeux !»
Le père : Lâche immédiatement mon fils !
La scène se déroula si vite, le prisonnier nu, le corps à moitié brûlé et terrifiant, balança Deny contre le mur d’un geste brusque et Deny vit qu’il faisait semblant depuis le début et n’avait jamais été attaché. Le prisonnier sauta sur le père de Deny avant même que celui-ci n’ait pu faire quoique ce soit et lui planta trois griffes d’une longueur de 20 centimètres dans le cœur pour le lui arracher d’un seul tenant. « Voilà qui est fait ! Ça fait du  bien ! ». Deny ouvrit grand ses yeux, horrifié et s’élança précipitamment sur le monstre avec rage, qui le balança une nouvelle fois contre le mur. La mère arriva en trombe, descendant les escaliers un revolver, tremblante, à la main, l’horrible descendant n’en fit qu’une bouchée, il se précipita sur elle lui fracassant violemment le crâne contre le mur et la tuant sur le coup. Son corps roula le long des marches jusqu’à tomber inerte près de Deny. La créature regarda alors Deny, qui était terrifié sur le sol et lui dit ces mots : « Toi je t’épargne je ne romps pas mes promesses. Tu m’as l’air plus humain qu’eux. Merci d’être descendu, ils me bloquaient ici grâce aux capteurs de P.U.R.E près de la porte. Je suppose que je suis le premier à m'en sortir. La nuit je reprends mes forces *clin d’oeil* NIGHT NIGHT ! »
La créature s’était retournée et montait tranquillement les marches, lorsque Deny se mit à ramper jusqu’au corps meurtri de sa mère sur le sol pour lui prendre son revolver. Il se releva d’un bond et murmura intérieurement "c’est comme dans les films, comme dans les jeux vidéos... Je suis le soldat". Maintenant l'arme en position de faire feu, plaçant la crosse du pistolet dans sa paume,ses trois doigts serrés juste en dessous de la détente, il stabilisa l’arme avec son autre main et visa le dos de l’homme. Plissant un oeil, il tira sur lui, sur sa tête son Cœur, il le mitrailla sans manquer sa cible, tel un vrai chef.... Utilisant toutes les balles du revolver jusqu'à ne plus en avoir. La créature tomba à genoux sur une marche, saignant mais bien vivante. Il sauta sur l’arme verdâtre de son père, visa de nouveau la créature dans sa rage et appuya sur la gâchette mais le tir partit vers le plafond. Il y eut une énorme explosion qui balaya tout, Deny eut à peine le temps de voir le descendant être aplatit que le plafond du sous-sol s’écroula sur lui, lui faisant perdre connaissance dans l’explosion.
Il se retrouva quelques jours plus tard dans un Hôpital spécialisé des Agents de P.U.R.E. A son réveil, trois agents étaient debout à le fixer. Il apprit que sa maison avait été en partie démolie lors de l’explosion et qu’il n’existait plus de Deny Donnovan mais un nouveau Deny Rivers, et qu’il lui faudrait à présent changer d’identité mais également connaitre l'entière vérité sur les secrets de ses parents et sur ce dont ils avaient voulu le protéger : les Descendants Il apprit que le sous-sol de son père, le laboratoire secret des Donnovan, était sous surveillance, chaque expérimentation était surveillée depuis le siège de P.U.R.E et archivée. Ils avaient donc pu assister en direct à ce qui s'était passé chez les Donnovan, les meurtres, les actes courageux de Deny... Et le courage de Deny les avait grandement surpris à tel point qu’ils voyaient déjà en lui un futur agent de P.U.R.E des plus intrépides sur le terrain.
Son cas les intéressait...Trouver une personne avec une telle spontanéité et un tel courage à cet âge-là...Pouvait se révéler être une véritable mine d'or. Ils pourraient l’entraîner à tuer, l'embrigader, lui enseigner leurs valeurs, et surtout avec un passé aussi « intéressant », la suite ne pouvait en être que plus fantastique. Autre moyen de convaincre le sujet : il était né de parents membres de l'organisation, n'avait donc aucun raison de refuser leur proposition d'intégration à l'organisation.
C’est donc ce qui se produisit, Deny se laissa donc embrigader et devint un très grand agent, au fur et à mesure des années. Il fut entrainé sévèrement à se servir de différentes armes, à improviser, à connaitre toutes les techniques de combat (arts martiaux etc)... On lui apprit les différentes façons de tuer les descendants les lentes comme les plus douloureuses... Et on lui confia une couverture : Il devrait se cacher sous la peau d’un Policier, l’Enquêteur Officier Donovan dans le F.B.I, chargé de couvrir les traces des membres de P.U.R.E pour le F.B.I et de donner toutes sortes d’informations secrètes à l’Organisation.
Il captura bon nombre de Descendants qu’il livra à l’Organisation. Il liquida et enferma également bon nombre de criminels, descendants ou non. Sa politique était de rendre justice le plus rapidement et le plus efficacement possible... Il aimait ça... Tuer... Torturer... Attacher...Poursuivre...  A tel point qu’il entra dans un gouffre psychologique sordide et sans fond... Jusqu'au jour où...
A 19 ans, il rencontra une jeune femme du nom d’Anna, qui le fit changer, lui donna une autre vision du monde et le fit tomber éperdument amoureux ! Elle tomba enceinte de Deny et mit au monde un petit garçon auquel Deny donna le nom de Yan en souvenir de son père. Il était devenu un nouvel homme et s'apprêtait à tout quitter pour eux... Il avait notamment pour détermination d'annoncer à P.U.R.E sa démission et sa volonté concrète de se retirer de toutes les affaires : cesser les arrestations, les mensonges, les crimes et les trahisons et donner enfin un vrai sens confortable à sa vie... Lorsqu’il rentra un soir du travail de nuit et trouva le corps de sa bien-aimée sur le sol du salon de sa propre maison, le cœur arraché et éventrée... Avec en bruit de fond les pleurs de son nouveau-né.
Lui fut annoncé par des agents de P.U.R.E qu’Anna avait été effectivement assassinée par des Descendants machiavéliques sans doute dans un but vindicatif. Deny se livra alors à une enquête personnelle gigantesque à la recherche des coupables du meurtre d’Anna et reprit ses actes criminels au sein de P.U.R.E, ne tuant plus désormais qu’en unique recours et pour avoir des réponses.
Il prit soin de son enfant mais dans l’ombre : Il mit tout en œuvre pour que jamais ni les membres de P.U.R.E. ni les Descendants ne puissent lui prendre son fils, ou même s’en servir contre lui. Il le protégea et s’en occupa du mieux qu’il put.


Dernière édition par Deny Rivers le Jeu 27 Oct - 1:03, édité 6 fois (Raison : O)
avatar
Deny Rivers

Masculin Messages : 1

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum